keep on keeping on!

February 2, 2015

Wow, depuis mon dernier billet, j’ai expérimenté des états de paix incroyables! Cet état de plénitude a perduré pendant plusieurs jours de suite. J’y avais déjà goûté, après une méditation par exemple ou un moment de gratitude, mais jamais en continu comme cela. Par moment prolongé, tout était si facile, si simple, dans le moment présent.

 

Des espaces où tout coule avec fluidité. La relation avec mes enfants incroyablement harmonieuse, la rencontre avec l’autre extrêmement nourrissante, sans attentes ni déceptions. Perfection. Et la clé est dans le moment présent. J’ai connu une absence d’ambition. Plénitude absolue. Puis un retour à mes engagements qui n’avaient plus de sens, plus d’importance, futile besoin d’accomplir. Juste être, dans une marre de bien-être qui comble tous les désirs. Contentement absolu! Et là, prends tout son sens la magie de l’absence de désir tel que proposé par la philosophie bouddhiste!

 

L’expérience d’habiller deux enfants pour aller jouer dehors s’est transformée en une intense appréciation de chaque instant, étape par étape, sans stress. Chaque détail, chaque imprévu vécu dans une paix absolue. Juste accueillir ce qui est, sans jugement. Perfection du moment présent. L’heure du coucher avec toutes les résistances et insécurités qui accompagnent généralement mes enfants est devenue simplement un espace d’accueil sécurisant, dans l’écoute et la présence. Sans que mes désirs d’autres choses m’enflamment et me déclenchent. Être en paix avec tout ce qui est. Et ce de plus en plus! Magie!

 

Les outils que je me suis créés ont vraiment su m’accompagner et me soutenir vers l’atteinte de ce bien-être. Je le savais, maintenant j’en ai la preuve au-delà de mes attentes.

 

J’ai été fidèle, au mieux de ma réalité, avec mes outils. Je ne suis pas restée au sommet de ma gloire sentimentale à tout instant. Une partie de moi en était déçue. Une autre rebutait parfois à l’idée de méditer et de faire les efforts pour y parvenir. J’ai laissé l’espace à ces deux réalités pour qu’elles coexistent. Dans l’accueil et l’écoute de moi-même, je me suis donné le temps d’être prête, sans me laisser sombrer. 

 

Ce dernier mois, j’ai travaillé beaucoup autour du « readiness ». Il va de soi que tout va de soi, lorsque tout est en place pour, lorsque tout est prêt. Ne pas interférer, juste être en état de réception. Comme le corps qui sombre dans le sommeil lorsqu’il est prêt, tous les morceaux du casse-tête s’alignent lorsque nous sommes prêts. Bref, c’est peut-être un autre sujet de billet… du moins, je me suis levée un matin avec une motivation de mes pensées qui m’a reconnectée avec la magie de la vie et tous les possibles.

 

L’important pour moi ce mois-ci était de ne pas me laisser tomber. J’ai pris la décision de me soutenir vers mon bonheur, tout en étant consciente de tous mes états d’âmes et envies du moment. Parfois, il a fallu que je me résigne à employer mes outils. À ce moment, de quoi aie-je envie? Relater mes pensées sur papier et les analyser, poursuivre mon journal de gratitude, juste lire des pensées positives et regarder de belles images ou encore faire le vide mental?

 

Et puis pour ceux qui comme moi auraient aussi de la difficulté à rester fidèle à vos engagements, je suis tombé sur une lecture qui m’a grandement aidé. Un petit coup de pouce sur la résistance au changement et le besoin d’intégration :

 

Lorsque nous entreprenons un changement positif significatif dans nos habitudes de vie (une discipline sportive, le ménage dans nos relations toxiques, un nouvel emploi, etc.), notre cerveau inonde temporairement notre organisme de neurotransmetteurs responsables du bien-être comme la sérotonine et la dopamine. C’est la manière dont notre cerveau nous félicite pour ces changements bienvenus!

 

Et puis, cet état de bien-être qui facilitait grandement la réalisation de nos nouveaux engagements s'estompe pour revenir à la normale. Voilà pourquoi les gyms sont généralement vides la deuxième semaine de janvier. À ce moment, nos nouvelles habitudes saines exigent à notre organisme de s'adapter. Les efforts deviennent pénibles.

 

Mais en réalité, votre organisme est en extase totale! Il vibre et se transforme afin de permettre ce nouveau calibre de bien-être. Il a simplement besoin d’un peu de temps pour que la transformation prenne place!

 

This is resistance. And it’s caused for celebration. It means that changes are happening.

 

Il semblerait qu’après les 16 premiers jours, tout rentre dans l’ordre! Alors, excitez-vous de ce moment difficile qui est synonyme d’une transition positive et saine! Forcez-vous à persévérer! Donner le temps à votre organisme de rattraper vos bonnes intentions. Keep on keeping on! Votre corps a besoin d’un moment d’intégration. Readiness!

 

Selon Todd Herman, coach et psychologue sportif, appuyé par la science

(The desire map, Danielle Laporte).

 

Bonne succession!

Please reload

Article en vedette

Antithèse pharmachienne #1 : Le jeûne

January 28, 2019

1/3
Please reload

August 19, 2017

June 24, 2016

March 7, 2015

February 2, 2015

Please reload

Recherche
Please reload

Suivez-moi!
  • Facebook Classic

© 2014 by Tahnie Parent. Proudly created with Wix.com